Yajug: Spring Boot

YAJUG_Mars_2016

Yajug: Spring Boot

Spring Boot au YAJUG

Le mardi 15 mars, Stephane Nicoll qui travaille pour Pivotal Software, la société qui produit le framework Spring utilisé sur de très nombreux projets Java et JEE depuis plus d’une dizaine d’années, nous a fait une présentation de Spring Boot. Stephane est l’un des développeurs principaux de ce projet.
Une fois de plus, cette session du Yajug a attiré nombre de participants à l’Université de Luxembourg au Kirchberg.
Stephane a fait une rapide introduction du sujet, suivie par une assez longue série de démonstrations des possibilités de Spring Boot. De ces démonstrations bien préparées, et tout en répondant aux nombreuses questions soulevées par les participants, il est ressorti une impression de grande fiabilité et de parfaite maturité de la technologie présentée.

 

Mais au fait, que fait Spring Boot?

Spring Boot permet de créer et de packager plus facilement des applications basées sur le framework Spring par le biais d’un ensemble de mécanismes prédéfinis et pré-configurés, qu’il vous est loisible de désactiver si les comportements par défaut ne vous conviennent pas. Ainsi, l’un des premiers exemples présentés fut le packaging d’une application Web avec son serveur d’exécution Tomcat sous forme d’un simple fichier jar que l’on peut ensuite démarrer via la ligne de commande. Cet exemple a permis de démontrer les choix par défaut qui sont fournis par Spring Boot, dans l’exemple présenté le serveur d’application Tomcat, et les possibilités de dévier de ces choix en permettant de repackager la même application au format war, que l’on peut alors déployer sur tout serveur applicatif JEE disponible en entreprise. Cela s’est fait aussi simplement qu’en modifiant une seule et unique balise de code.
La première partie de la présentation a ainsi tourné autour de la configuration des applications Spring Boot, avec des exemples ciblés sur la simplification des déclarations de dépendances applicatives, des exemples d’utilisation des bases de données et des datasources avec Spring Data et Spring Data REST, des exemples de mise en place de la sécurité applicative avec Spring Security, etc. Tout ceci s’effectuant plus aisément que la normale, en se reposant totalement ou en partie -selon l’appréciation du développeur- sur les mécanismes offerts par Spring Boot.
La seconde partie de la présentation a démontré les possibilités de Spring Boot pour le redéploiement à chaud des applications, qui permet à un développeur de gagner beaucoup de temps lorsqu’il effectue des modifications, puisqu’il n’est alors pas obligé de redémarrer son serveur pour vérifier ses changements. Un autre pan de cette seconde partie fut la démonstration des possibilités de monitoring des applications: Spring Boot fournit “out-of-the-box” tout un ensemble de mécanismes qui permettent d’évaluer les paramètrages applicatifs et la vitalité des applications en direct. Il est même possible de modifier certains de ces paramètres sans devoir redéployer son application.
La troisième partie de la présentation a tourné autour d’exemples d’utilisation de Spring Boot pour le déploiement d’applications dans le Cloud. Spring Boot offre un système uniformisé et simplifié pour déployer une application vers un ensemble hétéroclite d’infrastructures Cloud, qu’il s’agisse de CloudFoundry, Heroku, OpenShift, Amazon Web Services (AWS), Google App Engine, etc. En outre, il permet d’installer un simple jar contenant une application Web sous forme de service Unix ou Linux, via init.d ou systemd.
Quelques liens pour aller plus loin :

Jean-Pol Landrain
No Comments

Post a Comment

Comment
Name
Email
Website