Workshop Agile

Workshop Agile Partner

Workshop Agile

Workshop Agile PartnerCes 3 et 4 septembre 2015, s’est tenu au sein d’Agile Partner un workshop dédié à l’Agilité. L’objectif de cet atelier était de sensibiliser les participants à la philosophie agile et d’en comprendre les tenants et aboutissants. Les deux journées étaient animées par Arnaud Lamouller-Bonaventure, un des coaches agiles d’Agile Partner.

 

L’agilité, une philosophie

Le développement agile se caractérise par un “style” de conduite de projet centré sur l’autonomie de l’équipe, la production de valeur métier délivrée le plus rapidement et le plus souvent possible, la validation régulière du produit par les utilisateurs et les parties prenantes, et enfin la mise en place de cycles  d’amélioration continue.

Organisée de manière ludique, la session de 2 jours était composée à la fois de théorie et de pratique. Le but d’Arnaud était de faire comprendre aux participants les concepts sous-jacents de l’agilité, mais surtout l’intérêt que présente sa mise en oeuvre dans le but d’atteindre certains objectifs.

 

Workshop Agile Partner

Transparence, confiance et bienveillance

Avant de démarrer la mise en pratique, il fallait revenir sur la philosophie. C’est à travers les 4 valeurs et les 12 principes stipulés dans le Manifeste Agile, déclinés en plusieurs activités au cours des deux jours, qu’Arnaud avait décidé de faire comprendre cette philosophie.

Pour Arnaud, ces valeurs et ces principes peuvent se résumer par les trois mots : transparence, confiance et bienveillance.

 

Quoi de mieux qu’un jeu pour bien comprendre et intégrer des concepts nouveaux ?

“Tell me and I forget, teach me and I may remember, involve me and I learn.”
Benjamin Franklin

Le Ball Point Game a pour objectif de mettre en avant certains des principes agiles : la collaboration, l’auto-organisation et l’amélioration continue. Le jeu consiste à faire passer un maximum de balles dans les mains de chaque participant en respectant certaines contraintes. Il se découpe en 5 phases (appelées itérations) de 2 min. Entre les itérations, l’équipe doit réfléchir pendant 1 minute à comment améliorer son organisation pour obtenir des meilleures performances.

Que peut-on retirer de ce jeu ?

  • Comment fonctionner efficacement en équipe auto-organisée
  • Comment se met à place la dynamique d’équipe et le leadership
  • Comment collaborer en travaillant ensemble au sein d’itérations courtes
  • Comment mettre en oeuvre un cycle d’amélioration continue en se fondant sur l’expérience acquise lors d’une itération pour améliorer la suivante
  • Comment garantir que le rythme de “travail” est soutenable pour tous les membres de l’équipe
  • L’apprentissage de nouvelles méthodes/pratiques a un coût (il faut payer pour apprendre)

 

Scrum : le plus connu des frameworks agile

Scrum est sans aucun doute l’une des méthodes agiles la plus connue et la plus utilisée. Il s’agit en fait plus d’un framework que d’une méthode à proprement parler. L’ensemble de Scrum est expliqué dans un document d’une 15aine de page seulement : le Scrum Guide rédigé et mis à jour par Ken Schwaber et Jeff Sutherland, deux des dix-sept auteurs du Manifeste Agile.

Pour comprendre Scrum, Arnaud avait organisé les 2 jours d’atelier en 4 itérations (appelées “sprints” dans Scrum) d’une demi-journée. Chaque activité réalisée faisait partie du backlog, qui s’est vidé au fur et à mesure que les itérations s’écoulaient. Chaque “sprint” s’achevait par une rétrospective, qui permettait à chacun de partager son expérience et son point de vue sur ce qui s’était passé au cours de l’itération. C’était aussi le moment pour l’animateur d’adapter le contenu de l’atelier en fonction de ce “feedback”, dans le but d’apporter le maximum de valeur ajoutée aux participants.

Tout au long des différentes itérations, Arnaud nous a présenté Scrum par le biais de jeu de rôle en équipe, tel que l’agencement interne d’une maison, l’utilisation de post-it pour raconter une histoire (Storytelling), le dessin ou encore le planning poker.

 

  • C’est le chantier

Le plan d’une maison est mis à disposition. Il faut, en équipe, prioriser l’ordre dans lequel on pense repeindre les différentes pièces en fonction de leur utilité, puis estimer le temps relatif nécessaire pour repeindre chaque pièce en utilisant une pièce comme étalon. 

Que peut-on retirer de ce jeu ?

L’objectif de cet exercice est de mettre en avant le besoin de priorisation et d’améliorer le processus d’estimation à travers différentes situations.

  • Le planning poker

Chaque joueur tient un jeu de cartes de Planning Poker avec des valeurs 0, 1, 2, 3, 5, 8, 13, 20, 40, 100. Ces valeurs représentent une mesure abstraite de l’effort nécessaire à la réalisation d’une tâche donnée. Chacun choisit une carte et la place au centre de l’aire de jeu jusqu’à obtention d’un consensus. 

Que peut-on retirer de ce jeu ?

Ce jeu sert à atteindre un consensus pour les estimations en équipe. Les estimations des tâches sont relatives et on souhaite s’abstraire de la mesure en temps, afin d’éviter les biais cognitifs.

  • Le storytelling

Dessiner, créer une histoire à l’aide de post-it ou brainstormer est le but de cette activité. Cet exercice se déroule en 3 étapes. Sur 2 min, rédaction d’idées sur des post-it, sur 5 min, une mise en commun, puis pour terminer, monter et raconter une histoire à l’aide de chaque idée retenue.

Que peut-on retirer de ce jeu ?

L’objectif de ce jeu est d’amener les équipes à construire un fil conducteur (une histoire) qui leur appartient. Le Storytelling est l’application de procédés narratifs dans la technique de communication pour renforcer l’adhésion de l’équipe au fond du discours.

Tous ces exercices ont pour point commun de faciliter la compréhension par la mise en oeuvre des concepts que l’on souhaite expliquer via des cas simples et dans un environnement contrôlé :

  • estimations et vélocité
  • inspection et adaptation
  • théorie des contraintes
  • sécurisation de l’échec
  • élimination du gaspillage
  • “Pull vs Push
  • dynamique d’équipe et leadership
  • communication face à face.

Autant de concepts que nous avons pu découvrir au cours de cet atelier.

 

Des projets IT, mais pas seulement

Workshop AgileScrum s’applique particulièrement bien aux projets IT, des plus simples aux plus innovants. Il permet une division du projet en plusieurs cycles de travail relativement courts. Lors de cet atelier Arnaud nous a cependant montré que l’agilité dépasse largement le cadre des projets informatiques. Scrum peut s’appliquer à tous types de projet. La philosophie et la mentalité agile sont principalement fondées sur le bon sens et le pragmatisme, ce qui en fait un atout valable pour tout le monde.

 

Deux jours, plein de découvertes

Ces deux jours ont permis au groupe d’évoluer et de comprendre l’intérêt que peut présenter la mise en oeuvre des valeurs et des principes agiles au sein d’un projet.

La définition d’objectifs axés sur la valeur livrée, l’auto-organisation, la collaboration, la simplicité, l’amélioration continue… tous ces principes sont les facteurs clés de succès pour une bonne gestion des projets agiles.

Être Agile ce n’est pas seulement une façon de faire ou une recette de cuisine, c’est avant tout un état d’esprit, une philosophie, qui a pour but de mener à bien des projets de façon pragmatique et collaborative, peu importe leur nature.

 

 

Damien Visca

Marketing / Communication

No Comments

Post a Comment

Comment
Name
Email
Website